Le Signe de Zorro

Rouben Mamoulian

Avec Tyrone Power, Linda Darnell, Basil Rathbone

Aventure US
Durée : 1h 34min | Année de production : 1940
Titre original : The Mark of Zorro

Synopsis

Nous sommes en 1860. Don Diego, fine lame madrilène, revient dans sa Californie natale. Mais son père n’y est plus gouverneur. Il a été remplacé par un petit tyran, Don Luis Quintero qui, grâce au bras armé du capitaine Esteban, fait régner la terreur sur la région. Révolté en secret par la situation, Diego, la nuit venue, se mue en Zorro, le justicier masqué, défenseur de tous les opprimés. Quintero, qui ne se doute pas que le gentil Diego est la cause de ses déboires, charge Esteban d’éliminer Zorro. Lors d’une poursuite, le justicier rencontre la délicieuse Lolita, nièce du Gouverneur, dont il tombe éperdument amoureux. Comme le méchant Capitaine fait emprisonner l’ami moine de Zorro, ce dernier le provoque en duel. De cet affrontement homérique dépend l’avenir de la Californie, la liberté du moine, et le bonheur conjugal de Zorro. Qui va gagner ?

On a l’air de se moquer, mais c’est parce que nous sommes taquins. Cette adaptation cinématographique du héros créé en 1919 par Johnston McCulley est sans aucun doute la meilleure jamais réalisée. Elle dépasse la version muette de Douglas Fairbanks, les beaucoup plus récentes avec Alain Delon ou Antonio Banderas, et la dizaine de navets (notamment des perles italiennes des années 60) que le « Renard » (Zorro en espagnol) a inspiré. Le justicier masqué fut également chanté (par Henri Salvador), adapté en bd, en dessin animé, en télévision (excellente série signée Disney), et fut même parodié dans un film gay - très mauvais mais culte - la Grande Zorro, de Peter Mellak en 1981. Retour en 1940, alors que la Fox voulait riposter au carton que la Warner avait réalisé avec Errol Flynn, alias Robin des Bois. Le studio pensa à adapter Zorro, et jugea que Tyrone Power, beau et athlétique, pourrait - au moins - égaler les exploits et le charme d’Errol. La mise en scène - brillante – fut confiée à Rouben Mamoulian, l’auteur de la Reine Christine avec Greta Garbo, qui sut inventer une atmosphère attachante et filmer les duels avec virtuosité. Soutenu par cette fine équipe, le pari de la Fox fut, tel le duel de Zorro, gagné. Le film rencontra le public et remporta presque autant de dollars que Robin des Bois. Plus de 60 ans après sa sortie, il demeure un classique et continue de séduire les petits et les grands.

Bernard-Pierre Molin