Cinérama 2019

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Alors que l'on vient à peine de se souhaiter un bon 2020, Le Festival Télérama nous ramène en 2019, à travers les films qui ont marqué l'an passé. Comme chaque mois de janvier, le magazine et les cinémas associés - dont le Grand Action - nous donnent l'occasion de voir les incontournables - Parasite, Le Traitre, Portrait de la Jeune Fille en Feu, etc. - que nous avons ratés… ou envie de revoir ! Le même Festival nous convie aussi à une avant-première - celle de Un Fils, de Mehdi M. Barsaoui, mercredi à 19h45. Quant au GrecDoc, il organise un débat-apéro-mezzé, après la projection de Metaxa : à l'écoute du Temps, de Stavros Psyllakis, dimanche à 11h30. Bien sûr, nous retrouverons Tommaso et le cycle Abel Ferrara associé, ainsi que d'autres de nos récents succès.

Non content de nous offrir le meilleur de 2019, Le Festival Télérama nous propose aussi de découvrir, en avant-première mercredi à 19h45, Un Fils, de Mehdi M. Barsaoui. Pour son premier long-métrage, ce jeune cinéaste s'attaque à un sujet grave : la blessure, lors d'un attentat islamiste, du fils d'un couple tunisien moderne, incarné par Sami Bouajila et Najla Ben Abdallah. La suite du festival décline une pertinente rétrospective 2019, avec notamment Once Upon a Time in Hollywood, le Tarantino que vous avez sans doute découvert au Grand Action. On reverra aussi, et avec plaisir, le Portrait de la Jeune Fille en Feu, intemporel film d'époque d'une Céline Sciamma arrivée à maturité, Parasite, la satyre sociale coréenne de Bong Joon-Ho palmée à Cannes, Douleur et Gloire, œuvre autobiographique et crépusculaire de Pedro Almodovar, et Les Misérables, le brûlot banlieusard de Ladj Ly. Egalement au programme, deux autres films dont on a moins parlés, mais qui méritent largement votre attention. Le Traitre, extraordinaire et vertigineuse plongée dans les noires arcanes de la mafia, signé du maestro Marco Bellocchio, et An Elephant Sitting Still, premier et dernier film, sombre, poétique et virtuose, du jeune romancier Chinois Hu Bo, qui s'est suicidé juste après l'avoir tourné, à 29 ans à peine.

Bouleversant documentaire que nous propose le GrecDoc de dimanche à 11h30. Stavros Psyllakis a posé sa caméra dans le service de cancérologie d'un hôpital, en ne filmant que des patients un peu particuliers, tous médecins ou personnels soignants. Metaxa : à l'écoute du Temps est une ode à ceux qui apprennent à « vivre heureux en attendant la mort », comme disait Pierre Desproges. Après la projection, Efi Papavassilopoulou, médecin, psychiatre des hôpitaux et psychanalyste, nous entraînera pour un débat passionnant, prolongé par un apéro-mezzé.

Cinéaste punk et iconoclaste, Abel Ferrara continue de tourner, en ce moment à Rome, où il habite. Ainsi, Tommaso, son héros, un artiste yogi, ancien toxicomane à la jalousie paranoïaque, incarné par Willem Dafoe, vit-il dans la ville éternelle. Pour accompagner ce film instinctif, tourné à l'arrache par Ferrara, nous programmons un cycle dédié au génial duo d'improvisateurs qu'il forme avec Dafoe. Ainsi, outre l'incongru Bad Lieutenant, alias Harvey Keitel, nous retrouverons le cinéaste et son acteur fétiche pour un cycle incluant Go Go Tales, 4h44, Dernier Jour sur Terre, New Rose Hotel et Pasolini.

Partenaire de Ferrara, Willem Dafoe s'engage aussi avec de jeunes cinéastes, tel Robert Eggers qui l'a embarqué dans un esthétisant huis-clos avec Robert Pattinson, tous deux gardiens de phare de The Lighthouse. Egalement au programme, les rééditions sur copie neuve de La Grande Évasion, de John Sturges avec Steve McQueen, et de Sherlock Junior, un Buster Keaton onirique, précédé d'un de ses courts-métrages : Malec l'Insaisissable.
Buster Keaton est aussi l'un des choix de l'Enfance de l'Art, avec Les Lois de l'Hospitalité. Ce sera dimanche 14h mais avant, mercredi à 14h30, nous aurons vu La Petite Fabrique de Nuages, 5 dessins animés pour s'envoler dès 3 ans.

Bon Télérama.

Isabelle Gibbal Hardy et l'équipe du Grand Action.