Des fêtes et des cycles.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Voici une semaine rythmée par cinq événements et deux cycles : James Gray et Clint Eastwood. C'est beaucoup, d'autant que nos récents succès (dont les derniers Allen et Tarantino) gardent l'affiche, mais c'est surtout beaucoup de plaisirs. On les découvre en détail, et dans l'ordre.

Ciné-Ma-Russie ouvre le bal jeudi à 20h avec un prestigieux invité, le romancier et cinéaste Emmanuel Carrère. Par ses grands-parents Géorgiens et sa mère, l'historienne Hélène Carrère d'Encausse, l'auteur de La Moustache, Limonov et L'Adversaire (tous édités chez POL) est tombé tout petit dans la marmite russe. Jeudi, il viendra nous présenter Retour à Kotelnitch, un curieux documentaire où, mêlant son histoire personnelle, la recherche d'un soldat Hongrois perdu et la rencontre d'une jeune femme assassinée, il raconte la Russie d'aujourd'hui. Un cocktail accompagnera l'échange.

Le lendemain à la même heure, nous rencontrerons d'autres enfants d'une autre hellène avec les Rendez-vous du Cinéma Grec. Lors de cette soirée de vendredi, 5 courts-métrages récents seront projetés ; drôles, amères, surréalistes, oniriques, humains, ils prouvent toute la vitalité du jeune cinéma grec. A découvrir.

Dimanche à 11h30, nous retournerons en Grèce. Le ciné-club GrecDoc nous propose Une Affaire de Famille, où Angeliki Aristomenopoulou filme avec rythme le travail de trois générations de Xylouris, tous musiciens. Jouant de l'oud, du bouzouki ou des percussions, cette attachante famille perpétue et réinvente une belle tradition musicale. La projection sera suivie d'un débat et d'un apéro-mezze. Yamas ! (ça veut à peu près dire "à votre santé !" en grec).

Ce même dimanche, il sera alors 18h quand Anne Seibel, célèbre directrice artistique des plateaux, et Véronique Melery, ensemblière (chargée d'habiller, remplir et faire vivre les décors), viendront nous présenter Marie-Antoinette. Toutes deux ont travaillé sur le film Sofia Coppola et partageront leur expérience après la projection. Elles poursuivront l'échange lors du cocktail qui clôturera ce rendez-vous du Décor à l'écran.

Mardi soir, un Ciné-club Positif bouclera cette riche semaine avec Little Odessa, qu'Emmanuel Raspiengeas, dynamique rédacteur de la revue, viendra nous introduire. Une coupe de champagne lancera la séance des 19h30. Ce film, projeté en 35mm, s'inclue dans le Cycle James Gray, qui comporte aussi deux autres rééditions sur copie numérique neuve : Two Lovers et La Nuit nous Appartient, tous deux illuminés par le magnétisme de Joaquin Phoenix. Egalement au programme, The Lost City of Z et The Immigrant.

Autre incontournable, et nouveauté de la semaine, un cycle Clint Eastwood, qui va s'étirer jusqu'à mi-novembre avec pas moins de 39 films ! On commence avec une première dizaine de réalisations du plus sexy octogénaire du cinéma américain, dont l'émouvante Route de Madison, le sombre Impitoyable ou le fiévreux Mystic River.

Autre octogénaire, également sexy dans son genre, Woody Allen nous régale avec Un Jour de Pluie à New York, pétillant marivaudage orageux, alors que Steven Craig Zahler nous traine sur un noir bitume dans Dragged across Concrete. River of Grass, premier long-métrage de Kelly Reichardt, et Once Upon a Time… in Hollywood, dernier opus de Tarantino, conservent aussi quelques séances.

Mais ils laissent une place à l'Enfance de l'Art. Mercredi à 14h30, Le Rêve de Sam et 3 autres dessins animés permettront d'initier les tout-petits au cinéma. Dimanche à 14h, les plus grands se régaleront devant Le Jour où la Terre s'arrêta, un classique hollywoodien de la SF signé du grand (et pourtant relativement méconnu) Robert Wise.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l'équipe du Grand Action.