Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris
20e édition | 3 > 14 octobre 2018
☞ Programme complet du Festival des Cinémas Différents de Paris

14 octobre

[FOCUS #11 ● L'EXPÉRIMENTAL EST POLITIQUE (SELON CERTAINS)] 16h

La ZAD Notre-Dame-des-Landes est un lieu d’expérimentation collective sans droit d’auteur.
Le centre de Traitement de Bure est un lieu de conservation expérimentale des déchets millénaires du nucléaire progressiste national syndical.
L’expulsion des participants de Nuit Debout par les CRS mandatés par le conseil d’administration de la Cinémathèque Française est une expérimentation de la conservation des œuvres du patrimoine cinématographique international.

☞ Films et textes issus d'un appel lancé par Pierre Merejkowsky (CJC) et sélectionnés par lui-même.


[FOCUS #12 ● DE LA POUBELLE À L'ÉCRAN : LE READY-MADE FILMIQUE] 17h30

Le ready-made, selon la définition duchampienne, consiste dans le détournement d’un objet de ses fins, afin de le requalifier et de lui faire acquérir le statut d’œuvre d’art. Les films montrés lors de cette séance, sont issus de matériel récupéré dans les poubelles des laboratoires, des oubliettes des archives ou encore montrés tels quels depuis les étagères d’obscurs magasins.

☞ PERFECT FILM, Ken Jacobs (États-Unis, 1986, 16mm, 22')
☞ SOMETHING ELSE, Kevin Jerome Everson (États-Unis, 2007, numérique, 2')
☞ UNE OEUVRE, Maurice Lemaître (France, 1968, 16mm, 13')
☞ PALINDROME, Hollis Frampton (États-Unis, 1969, 16mm, 22')
☞ BAD BURNS, Paul Sharits (États-Unis, 1982, 6', 16mm)
☞ EROTICON SUBLIM, Hans Scheugl (Allemagne (RFA)), 1968, 16mm, 2')

Programmé et présenté par Jessica Macor (CJC)

[REPRISE DU PALMARÈS] 19H


[CLÔTURE ● FOCUS #13 ● GLOBAL GARBAGE'S UTOPIAN MIND STATION] 21H

Dans un futur proche, l’écosystème planétaire aura été détruit. Il ne restera plus qu'une poubelle globale, unique condition de la survie. GGUMS est une performance qui suppose la mise à distance des dispositifs spectaculaires: il s'agit de faire en sorte que des images et des sons ne visent ni à rassurer ni à inquiéter mais, au contraire, à favoriser une prise de conscience des conditions historiques de cette dystopie. La performance intègrera plusieurs dispositifs de projection ainsi qu’une constellation de dispositifs sonores qui devront établir leur espace propre, distinct de celui des images. Le lien se fera sur le plan des technologies utilisées, désuètes ou en passe de le devenir: Il s'agit d’en accepter les dysfonctionnements et les aléas (defects & failures). L'observation et l'écoute de ces phénomènes (rebuts et déchets) rétablissent l'information et la communication dans le cadre plus général du champ de ruines du monde des marchandises.

☞ Performance collective orchestrée par Marc Plas, avec Emmanuel Ferrand, Harold Schellinx, Jean Bordé, Mitsuaki Matsumoto, Eric La Casa, Gisèle Pape, Joris Guibert, Matthieu Crimersmois, Hector Castells et Arno Bisselbach

Performance collective orchestrée
 par Marc Plas, avec Arno Bisselbach, Hector Castells, Emmanuel Ferrand, Joris Guibert, Mitsuaki Matsumoto, Gisèle Pape, et Harold Schellinx