Simone Barbès ou la vertu

Marie-Claude Treilhou

Simone et Martine sont ouvreuses dans un cinéma porno de Montparnasse. Installées dans le hall, elles accueillent les habitués, rembarrent les machos et discutent pour passer le temps. à minuit, Simone rejoint son amie, entraîneuse dans une boîte de nuit lesbienne. Elle attend, s’impatiente, s’en va.

Sa 18/08

SALLE 2
16h30
2K num
VO


Les Belles manières

Jean-Claude Guiguet

Camille, un jeune homme provincial et prolétaire, devient employé de maison chez une femme encore belle et séduisante, Hélène, bourgeoise aisée et éclairée qui l’embauche pour s’occuper de son fils reclus dans sa chambre depuis des années…


Beau temps mais orageux en fin de journée

Gérard Frot-Coutaz

Été 1985, à Ménilmontant. Jacques et Jacqueline sont mariés depuis quarante ans. Leur vie commune balance entre la tendresse et l'agacement. Aujourd'hui, l'atmosphère est à l'orage et leur fils, Bernard, débarque à l’improviste avec sa nouvelle amie…


Le 33 de la rue Danton est le lieu de rendez-vous de Vecchiali, mais aussi de tous ses acolytes. Acolytes qui participent à l’expérience DIAGONALE, du nom de la boîte de production qu’il crée en 1976, et dont les locaux sont installés au Kremlin- Bicêtre, à proximité de la ruelle où il vit. « (…) DIAGONALE est né de mon désir de créer une boîte de production solide, et aussi de ma rencontre et de ma collaboration avec Cécile Clairval sur mon film Albert Camus (1974). Nous avons créé ensemble DIAGONALE parce que nous partagions les mêmes idées de cinéma. Quand on me demandait pourquoi j’avais choisi ce nom, je répondais toujours : “Parce que Film Oblique existe déjà !” L’idée centrale était cette traversée du cinéma, en diagonale. Je voulais être producteur pour produire mes propres films et ceux de metteurs en scène avec lesquels j’avais l’impression de pouvoir construire, à long terme, une véritable langue. Je ne voulais plus me référer à un supérieur qui se serait très vite servi de mes échecs commerciaux pour écarter mes nouveaux projets. » Vecchiali se revendique ouvertement chercheur en industrie (du cinéma). Et chaque film est pour lui un prototype.

Paul Vecchiali – La Maison cinéma, Matthieu Orléan, éditions de l’OEil, 2005

Photos

Affiche du cycle L'Expérience Diagonale