Ready ?

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Êtes-vous prêts à plonger dans Ready Player One ? Le grand Steven Spielberg adapte le best-seller d'Ernest Cline, livre culte de la geekosphère, pour son nouveau film haletant et spectaculaire que nous sommes heureux de vous proposer dès mercredi. L'autre grande nouvelle de la semaine est un Ciné-club Louis Lumière qui se tiendra mardi 3 avril à 20h. La cheffe électricienne joliment nommée Marianne Lamour nous présentera les amours tristes et tarifées de L'Apollonide, de Bertrand Bonnelo. Par ailleurs, Lady Bird, 3 Billboards, Phantom Thread et le Cycle Paul Thomas Anderson qui l'accompagne, poursuivent leur carrière et c'est un régal de voir ou revoir tous ces films.

Stakhanoviste protéiforme de la réalisation, Steven Spielberg possède une capacité de travail balzacienne, enchaînant les films de tout genre avec entrain. Vu le programme de ses prochaines sorties, il ne semble pas prêt de s'arrêter ! Après Pentagon Papers, voici donc Ready Player One, adapté d'un roman d'anticipation à succès d'Ernest Cline. En 2045, notre planète va encore plus mal qu'aujourd'hui et la population cherche un peu de réconfort dans le monde imaginaire d'Oasis, où l'on s'invente une vie meilleure grâce à un casque de réalité très augmentée. Tel le pompon du manège de notre enfance, le créateur de l'Oasis promet une fortune bien réelle à qui accrochera l'œuf de Pâques virtuel qu'il a dissimulé dans son univers infini. C'est de saison. Un jeune anti-héros - Tye Sheridan, petit prodige découvert par Terrence Malick et Jeff Nichols - se lance à la poursuite de ce graal numérique. Mais les conflits qui naissent dans l'Oasis débordent IRL "in real life", comme on appelle la vraie vie de nos jours. Et des vrais méchants y sont aux aguets… Ready Player One est un film visuellement époustouflant, porté par une bande son tonitruante qui mérite le système d'amplification 7.1 (les connaisseurs apprécieront) qui équipe notre salle panoramique. Par ce spectaculaire film à énigmes, le réalisateur, qui sait aussi porter des projets lourds et sérieux, renoue avec son âme d'enfance qu'il n'a jamais perdue. Et il fait aussi montre de son incroyable virtuosité pour tenir, comme toujours et quel que soit le sujet, son public en haleine.
Tous les soirs, la séance de 21h de Ready Player One sera précédée de la projection de Amal, court-métrage qui a obtenu le Prix Grand Action au Festival des Nuits Med. Aïda Senna, la talentueuse jeune réalisatrice marocaine sera dans la salle, accompagnée de son équipe, pour présenter ce film touchant, où un banal petit couple semble cacher un mystère...

Assez logiquement, Bonnelo créa un huis-clos pour filmer une maison close, telle qu'on en trouvait à Paris avant que Marthe Richard ne décrète leur paradoxale fermeture. Dans L'Apollonide, luxueux bordel du début du XXe siècle, plusieurs filles vivent et travaillent sous le contrôle de Marie-France, la mère maquerelle. Parmi elles, une femme qui rit, marquée d'un éternel sourire hugolien, du à une ancienne et traumatique cicatrice... La cheffe électricienne Marianne Lamour sera, mardi à 20h, l'invitée du Ciné-club Louis Lumière du mois, afin d'évoquer la belle lumière qui baigne ce film troublant, ainsi que les vies chaotiques, souvent brisées mais parfois pleines d'espoir, des pensionnaires du lieu. L'échange se poursuivra autour d'un cocktail.

Non sans vous rappeler que certains de nos précédents succès cités en début de lettre gardent l'affiche, bouclons avec l'Enfance de l'Art. Mercredi à 14h30, le très jeune public se régalera avec Le Vent dans les roseaux et d'autres courts films d'animation ; dimanche à 14h, tout le monde pourra se réjouir et frémir devant La Nuit du chasseur, l'extraordinaire et unique film que Charles Laughton réalisa en 1955.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du GrandAction