Le droit à la différence.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Non content d'être un grand thème sociétal du moment, le droit à la différence est aussi une légitime revendication du cinéma que nous défendons dans toute sa diversité. Cette semaine, la différence s'exprimera notamment lors de la soirée du ciné-club Post-Humaniste de vendredi, lors de laquelle Lucile Hadzihalilovic nous présentera son Évolution, avant d'en débattre avec le chercheur Carlos Tello. Mardi, un Ciné-club Louis Lumière bouclera la semaine avec le magnifique Yeelen, de Souleymane Cissé, en présence de Jean-Noel Ferragut et Jean-Michel Humeau, ses deux directeurs de la photo. John Carpenter, star de l'horreur, a payé cher son envie de s'essayer à un cinéma différent. Ses Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin furent un échec en salle, mais devinrent cultes en VHS. Nous sommes contents de lui donner une deuxième chance sur grand écran. Par ailleurs,3 Billboards de Martin McDonagh, ainsi que Certaines femmes et We Blew it, sont rejoints par un Cycle Paul Thomas Anderson, cinéaste radicalement différent, qui le prouvera encore avec la sortie de Phantom Thread le 14 février, au Grand Action.

Cyberpunk, transhumanisme, post-apocalypse, développement numérique et progrès génétique sont au cœur des questionnements de notre Ciné-club Post-humaniste proposé par l'Université Paris 7-Diderot. L'un de ses chercheurs, Carlos Tello, sera avec nous vendredi, lors de la projection d'Évolution, pour débattre avec sa réalisatrice Lucile Hadzihalilovic. Dans ce film de 2016, étrange et déroutant, entre horreur et féérie, des garçons mènent une existence décalé sur une île peuplée de femmes, tout en recevant un mystérieux traitement. Plastiquement sublime, Évolutionse situe en marge de la production classique et innove, tant en terme de narration que de sujet et de mise en scène.

Yeelen a obtenu le Prix du Jury à Cannes en 1987. Nous sommes ravis du choix du Ciné-club Louis Lumière qui a invité le duo de chefs-opérateurs - Jean-Noel Ferragut et Jean-Michel Humeau - responsables de la photo de ce film, joyaux du trop rare cinéma africain. Avec une grande sensibilité, Souleymane Cissé a saisi la force des rites Bambara, et les rivalités qu'elles peuvent engendrer dans cette ethnie du Mali. Hors du temps, loin de notre monde et de notre culture, Yeelenporte une dimension shakespearienne qui touche directement au cœur. La séance et le débat se prolongeront lors d'un cocktail au Grand Bar.

Truculentes, baroques, fantastiques et fantaisistes, les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, sont un accident dans la carrière de John Carpenter. Après avoir brillé dans l'horrifique, le réalisateur-musicien (il compose presque toutes ses BO) voulut s'essayer au genre "aventure burlesque", sur lequel Indiana Jones régnait sans partage dans les années 80. Les fans de Carpenter refusèrent l'obstacle, et le cinéaste reprit sa caméra pour terrifier les foules. Il fallut l'émergence de la vidéo pour qu'on redécouvre et apprécie la réjouissante récréation déjantée des Big trouble in Little China. Kurt Russel est parfait en Jack Burton, magnifique faux héros beauf, et vous avez une chance d'oublier l'image baveuse de la VHS pour le voir, tout beau et tout musclé, sur grand écran.

3 Billboards, dans lequel Martin McDonagh offre un rôle sur mesure à France McDormand, poursuit sa carrière. Une idée forte, des personnages construits, des rebondissements inattendus, une atmosphère, un drame, il y a tout pour que 3 Billboards soit un grand film. C'est le cas.

Autre grand film à venir, mercredi prochain, Phantom Thread, le dernier Paul Thomas Anderson, avec un Daniel Day Lewis au sommet de son art. Un Cyclede trois films (The Master, biopic inspiré des débuts de la scientologie, There will be blood, où DD Lewis cherche du pétrole à la folie, et Magnolia, film choral aussi sublime qu'inrésumable) vous permet de réviser votre PTA et de préparer la sortie de son nouvel opus.

Non sans vous rappeler que Certaines femmes et We Blew itsont toujours à l’affiche, on termine rapidement avec l'Enfance de l'Art. Mercredi, nous fêterons les frimas avec L'Hiver féérique, des courts-métrages d'animation de saison, et dimanche, reverrons les maléfiques Gremlinsde Joe Dante.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du GrandAction