Cadeaux de Noël.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Pour cette semaine du 25 décembre, le Grand Action a placé quelques cadeaux rigolos au pied de son écran. Jeudi soir, nous vous proposons une excellente et méconnue comédie russe, Mélodie oubliée pour une flûte. La séance sera précédée de la signature du livre Cinéma Russe contemporain, (R)évolution et suivie d'un cocktail au Grand Bar, le tout orchestré par Ciné-Ma Russie. Si vous préférez le rire américain, optez pour notre petit hommage à John Hugues avec un film qu'il réalisé ( La Folle Journée de Ferris Bueller), et un qu'il a écrit (Rose Bonbon). Les deux bénéficient de copie neuve, tout comme Rencontres du troisième type, version "director's cut", et Les Bourreaux meurent aussi, qu'accompagnent toujours un petit Cycle Fritz Lang et nos indéboulonnables du moment  (We Blew it, Detroit et Certain Women).

On connait le talent de Ciné-Ma Russie pour dénicher des perles du cinéma de l'est de l'Oural. Jeudi à 20h, nos amis russophiles nous convient à la projection de Mélodie oubliée pour une flûte, comédie également un peu oubliée, où un ancien musicien est embarqué dans de drôles de pérégrinations. Signée par Eldar Riazanov, auteur de L'Ironie du sort, film culte en ex-URSS, la projection de cette curiosité de 1987 permet aussi à Eugénie Zvonkine de venir présenter son livre, Cinéma Russe contemporain, (R)évolution. La soirée commencera et se prolongera au Grand Bar.

Autre cadeau de la semaine, la ressortie sur copie restaurée de deux joyaux du teen movie made in USA, présentés en avant-première lors de notre Festival Smells Like Teen Spirit. John Hugues, spécialiste du genre qui, avant d'y réussir, fut rédacteur publicitaire et humoriste au National Lampoon, excellent journal satirique américain, est mêlé aux deux films. Il a écrit et produit Rose Bonbon, et réalisé La Folle Journée de Ferris Bueller. Dans le premier, Andie la pétillante Molly Ringwald) tente de survivre au sein d'un lycée chic où s'opposent « riches » - beaux costards et fêtes glamour - et « pauvres » - riff punk et rébellion destroy. Empruntant au mélodrame de Douglas Sirk son goût pour la critique sociale, Hugues et le réalisateur Howard Deutch signent un film drôle et acide sur la violence de la société des jeunes.
Le second raconte l'histoire de Ferris Bueller (Matthew Broderick), un cancre invétéré qui convainc sa petite amie et son meilleur pote de sécher les cours pour aller à Chicago. ça ne plait évidemment pas à tout le monde, à commencer par le proviseur du lycée et les parents des coupables. Cette pure comédie, frénétiquement menée, nous projette dans l'hédonisme des 80's. Mais, derrière La Folle Journée de Ferris Bueller, pointe aussi une certaine mélancolie, signe du désenchantement de la jeunesse américaine alors que triomphait le reaganisme. Hughes mourra prématurément en 2009, 5 ans après Reagan.

Steven Spielberg avait une idée très précise (c'est souvent le cas) de ce à quoi devait ressembler Rencontres du troisième type. Il reprit complètement le scénario de Paul Schrader (qui n'était pas tout à fait un débutant) et, après la sortie du film, voulut revenir sur le montage. C'est donc cette version "director's cut" que nous vous proposons de découvrir. On vous rassure, François Truffaut en scientifique muni de son formidable accent frenchy n'a pas été coupé, pas plus que les hypnotiques notes de musique. Et la restauration aurait ravi Vilmos Zsigmond, chef opérateur de ce chef d'œuvre extraterrestre.  

Comme Schrader à Spielberg, Brecht ne donna pas entière satisfaction à Fritz Lang et Les Bourreaux meurent aussi furent réécrits par John Wexley, un honnête et besogneux plumitif hollywoodien. Il donna toutefois un script efficace à Lang, qui sut transcender l'écriture. Un film à revoir donc, comme les quelques rescapés du Cycle du réalisateur.

Non sans vous rappeler que certains de nos succès poursuivent leur carrière (dont We Blew it de Jean-Baptiste Thoret), terminons avec l'Enfance de l'Art qui met en avant deux auteurs adaptant leur œuvre. Mercredi, nous verrons Le grand méchant Renard, un dessin animé tiré de sa bédé par Benjamin Renner, qui sera précédé d'une initiation au montage. Dimanche, c'est Makoto Shinkai qui a adapté son roman Your Name en film d'animation.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du GrandAction