Le temps, le temps, le temps et rien d'autre

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Si nous citons Aznavour, c'est d'abord pour le plaisir. Mais aussi pour parler du temps qui sera la vedette de cette semaine, même s'il y a beaucoup d'autres sujets traités dans notre riche programme. Le temps qui passe rend l'espace possible, et un film propose toujours un bond dans l'espace-temps. Thème fascinant, le voyage spacio-temporel a inspiré de nombreux auteurs, dont H.G. Wells. Son roman Time Machine a été adapté par Hollywood en 1960 et sera montré samedi à 16h lors d'une projection-débat du Festival Pariscience. Les Festivaliers parisiens scientifiques organisent d'autres séances spéciales : une présentée par le physicien Etienne Klein (How to build a Time Machine, samedi 19h), l'autre animée par la chercheuse Marie Pruvost-Deslapre (Paprika, lundi 19h), la troisième avec un film de Shane Carruth (Primer), rejoignant Upstream Color ; vous pourrez d'ailleurs enchaîner les deux dimanche soir. Il sera aussi question de temps lors du Ciné-Club Louis Lumière de mardi 20h, où nous verrons défiler Les Saisons en présence du Chef-opérateur Eric Guichard. Le Cycle Saul Bass, qui montre le talent protéiforme de ce graphisme du cinéma réalisateur d'un seul film (Phase IV), occupe le reste notre programme. Il les partage toutefois avec des œuvres sur lesquelles le temps n'a pas prise : Les Proies, Le Privé, et Certain Women, à l'affiche depuis 30 semaines !

Prendre la hauteur, envisager de nouvelles perspectives, s'offrir une respiration, voyage loin, expérimenter, s'amuser, faire des rencontres et mieux comprendre le monde, c'est le projet du Festival Pariscience dont nous accueillons quelques films-débats. Samedi après-midi, les fans de SF et de recherches saugrenues pourront s'offrir deux voyages  temporels. La Machine à explorer le temps, féérique adaptation du roman de H.G. Wells par Georges Pal, ouvrira le bal. A l'issue du débat, l'on pourra poursuivre par la séance suivante : projection de How to build a Time Machine, un documentaire étonnant de Jay Cheel sur la folle expérience pleine de sagesse de deux copains, et échange avec Etienne Klein pour parler du temps, au sens physique du terme. Deux autres rencontres sont au programme de Pariscience au Grand Action. Dimanche à 18h, Primer, de Shane Carruth - les affres d'une bande d'ingénieurs voulant breveter une machine à réduire la masse des objets - ouvrira un débat. Lundi à 19h, nous entendrons Marie Pruvost-Deslapre, spécialiste de l'animation japonaise, après Paprika, dessin animé onirique de Satoshi Kon.

Le lendemain, nous clôturerons la semaine avec Les Saisons, documentaire de Jacques Perrin qui, après avoir arpenté le ciel et la mer, parcourent la terre pour admirer le temps qui passe. C'est sublime et, comme nous sommes dans le cadre d'un Ciné-Club Louis Lumière, l'on pourra poser toutes questions que l'on veut à Eric Guichard, Directeur de la Photographie de ce beau voyage. On ne doute des difficultés de son métier, mais on ne peut s'empêcher d'envier Eric, qui nous suivra au Grand Bar pour lancer le cocktail.

S'il n'a malheureusement réalisé qu'un seul opus - le mythique Phase IV où l'homme est en lutte à mort contre les fourmis - Saul Bass décida de l'identité visuelle de nombreux films des années 60 à 90. Cela justifie qu'il soit la vedette d'un Cycle, augmenté cette semaine de trois nouveaux titres (Des Amis comme les miens, Un Monde fou, fou, fou et Spartacus), mais forcément parcellaire puisque le graphiste a travaillé sur plus de 50 films. Preminger, Hitchcock, Wise, Wilder, Kramer, Frankenheimer, Kubrick firent d'abord appel à son talent, avant que Scorsese ne le fasse intervenir sur toutes ses productions. La mort de Saul Bass, en 1996, interrompra leur collaboration et l'ouverture de Casino (les billets qui circulent), sera la dernière pierre posée par Bass au Panthéon du cinéma.

Non sans vous inviter à voir le détail de cette semaine sur notre site, terminons avec l'Enfance de l'Art et l'incroyable virtuosité de Nick Park et Peter Lord. Chicken Run, la révolte aviaire contre la gravy sauce, sera projeté mercredi et dimanche, avec Merlot en avant-programme. Ce sera un régal.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du GrandAction