Du Rififi chez les hommes

Jules Dassin

Avec
Jean Servais, Carl Möhner, Robert Manuel

Policier Fr
Durée : 01:56mn | Année de production : 1955
Noir et blanc | Mono | 1.37

Synopsis

Cambrioleur de haut vol venant de purger 5 ans de prison, Tony le Stéphanois se retrouve seul, ruiné et malade. Avec ses deux vieux complices, Mario et Jo le Suédois, il projette son dernier coup : le cambriolage d’une joaillerie en plein Paris. Tandis qu’ils préparent minutieusement ce casse, une bande rivale les espionne et compte bien jouer les trouble-fêtes.

Victime de la chasse aux sorcières, le cinéaste américain Jules Dassin s’exile d’abord à Londres où il réalise le magnifique “Les forbans de la nuit” (1949). Désespéré de trouver du travail en Europe, il finit par accepter 5 ans plus tard un projet à petit budget du producteur français Henri Bérard, l’adaptation d’un roman d’Auguste Le Breton.
Entouré d’Alexandre Trauner aux décors et de Philippe Agostini à la lumière, Jules Dassin filme majoritairement en décors réels un Paris d’après-guerre, avec un soin réaliste et minutieux qui contraste avec des scènes plus stylisées en clair-obscur. Sans jamais plaquer un indéniable savoir-faire américain sur un film de gangsters français, “Du Rififi chez les hommes” réalise au contraire une synthèse inédite entre la tradition du cinéma noir européen et celle d’outre-atlantique. Ce film primé à Cannes fait date et ses filiations sont nombreuses : de “Le trou” de Jacques Becker aux films de Jean-Pierre Melville (“Le deuxième souffle”; “Le cercle rouge”; ...), mais aussi d’une certaine manière “A bout de souffle” de Jean-Luc Godard ou encore étonnamment sous forme de parodie dans “Le Pigeon” de Mario Monicelli.

Séances