Level five

Chris Marker

Avec
Catherine Belkhodja, Kenji Tokitsu, Nagisa Oshima

Docu-fiction français
Durée 01:46mn | Année de production : 1996
Couleur | 1.33


Synopsis

Laura termine l'écriture d'un jeu vidéo consacré à la bataille d'Okinawa (île du Japon où les civils à l'annonce de la défaite se sont jetés par milliers du haut des falaises). En rencontrant par l'intermédiaire d'un mystérieux réseau parallèle à Internet des informateurs et même des témoins de la bataille, dont Nagisa Oshima, Laura accumule les pièces de la tragédie, jusqu'au moment où elles commencent à interférer avec sa propre vie.

Un film qui ressemble à un puzzle, mais qui va droit à l'essentiel, sans dévier d'un pouce. C'est une réflexion sur la mort que l'on se donne, mais aussi sur celle que l'image peut donner, parfois. On pense en particulier à une séquence terrible dans laquelle, avant de sauter dans le vide, une femme aperçoit, au loin, une caméra américaine qui la filme. A lui seul, ce moment donne la mesure de la profondeur et de l'originalité des questions qu'un jeune cinéaste de 76 ans continue à se poser sur l'image. « Est-ce qu'on est sûr, dit Laura, qu'elle aurait sauté si elle n'avait pas compris qu'elle était vue ? La femme de Saipan [îles Mariannes] a compris que ces démons étrangers non seulement la traquaient, mais qu'ils étaient capables de montrer à tout le monde qu'elle n'avait pas eu le courage de sauter. Elle a sauté, et celui qui tenait la caméra et qui la visait, comme un chasseur à travers une lunette de visée, l'a abattue comme un chasseur. » C'est un film essentiel. Sur la morale du regard et sur la morale tout court, encore un mot bien dévalué et bien incompris, comme la compassion. Film terrible et, par moments, drôle, parce que l'horreur et l'humour se côtoient toujours. Film sur la mémoire et le refus de l'oubli. Film inoubliable

Pierre Murat

Séances