Chères spectatrices, chers spectateurs,
Paul Vecchiali, cinéaste culte, sera encore au Grand Action via les séances de Nuits Blanches sur la Jetée, son dernier film, et aussi jeudi soir, pour nous présenteren avant-première la réédition de Corps à Cœur qui annonce sa rétrospective à venir. Luciano Tovoli, fameux chef-opérateur, est la vedette d’un hommage organisé par Cameflex, une manifestation dont l’objet est, justement, de rendre hommage aux hommes de l'image. A partir de samedi, Luciano viendra nous présenter 11 films de Scola, Pialat, Argento, Antonioni et quelques autres, qu’il a éclairés. Trois autres temps forts vont rythmer la semaine. Le premier, mercredi soir à 19h30, est la Master Class de Wang Chao, suivie de la projection en avant-première de Fantasia, sa dernière réalisation. Le second, dimanche à 14h30, est encore à l’instigation de Cameflex.  Avec Regards Nouveaux, cette manifestation nous propose de découvrir 7 courts-métrages réalisés par 7 étudiants en cinéma de 7 pays différents, qui seront tous dans la salle. Le troisième est l'échange avec Astrid Adverbe et Pascal Cervo, les deux comédiens de Nuits Blanches sur la Jetée qui suivra la projection du film lors de la séance de dimanche à 17h40.

Reprenons les événements par ordre chronologique avec, mercredi, la Master Class de Wang Chao. Voiture de Luxe, avant-dernier film de ce réalisateur chinois, avait reçu en 2006 le Prix Un Certain Regard, la sélection cannoise qui récompense les cinémas audacieux. Fantasia, présenté dans la même section en 2014 n’a, logiquement, pas obtenu le prix. Mais le film est passionnant, tout comme ce que Wang Chao pourra nous en dire à partir de 19h30, puis au cours du débat qui suivra la projection.

Le lendemain à 20h, c’est Paul Vecchiali qui sera dans notre salle, en compagnie de la journaliste et scénariste Axelle Ropert, pour une autre avant-première. Tourné en 1979 avec Hélène Surgère et Nicolas Silberg, Corps à Cœur ressort donc aujourd’hui sur une magnifique copie neuve. Corps à Cœur, c’est l’histoire d’une folle tragédie d’amour qui se noue sur un requiem, celui de Fauré en l’occurrence. Entre le garagiste et la pharmacienne, 15 ans et un monde d’écart, d’où Vecchiali fait naitre une émotion rare au cinéma. 37 ans après ce film, Paul Vecchiali montre qu’il n’a rien perdu de sa capacité à capter de grands moments dans Nuits Blanches sur la Jetée. Son dernier film, une autre histoire d’amour de l’errance, est adapté d’une nouvelle de Dostoïevski. Et prouve qu’entre le réalisateur et l’auteur russe, il y a comme une filiation pour dénicher le clair-obscur de l’âme humaine.

Si Vecchiali sait filmer l’ombre et la lumière dans Nuits Blanches sur la Jetée, il le doit aussi au talent de son chef-opérateur, Philippe Bottiglione. L’objet de Caméflex est de mettre en avant le travail de ces orfèvres du photon qui n’impressionnent pas que la pellicule. Cette année, la manifestation a invité Luciano Tovoli, grand directeur de la photo qui, non content d’avoir travaillé pour les plus grands, a aussi réalisé le très étonnant Général de l’Armée Morte que nous verrons mercredi 11. Luciano sera présent avec nous pour toutes les projections des films éclairés et que nous reverrons avec plaisir. Nous commencerons samedi avec Splendor, de Scola, puis Suspiria, d’Argento. Dimanche, nous enchaînerons avec Profession Reporter, d’Antonioni et Rêve de Singe, de Ferreri. Lundi, départ pour Le Désert des tartares, de Zurlini et, en passant par les Calculs Meurtriers de Schroeder, arrivée à La Chine, d’Antonioni. Mardi, l’hommage finit en beauté avec la formidable Party Girl, du trio Amachoukely-Burger-Theis, Titus de Julie Taymor, l’amour selon Pialat dans Nous ne Vieillirons pas Ensemble, et Qu’il est Etrange de s’appeler Federico, de Scola, qui d’ailleurs se prénomme Ettore.

Dimanche, Caméflex, qui tire son nom d’une caméra française très utilisée par la Nouvelle Vague, soutient logiquement la jeunesse en nous proposant un Regards Nouveaux. A 14h30 et en présence des jeunes réalisateurs, nous découvrirons une sélection de 7 courts-métrages venus de 7 pays, comme un tour de monde du cinéma de demain.

Il ne nous reste que peu de place pour évoquer la suite du programme. Et il ne vous reste d’ailleurs que peu de temps pour voir ce qui a composé nos semaines précédentes. A savoir le cycle Larry Clark qui accompagne son dernier film, The Smell of us, le cycle Herzog, et Whiplash, de Damien Chazelle, qui finit son honorable carrière.

Car la semaine prochaine, tout va changer. On en parlera la semaine prochaine, et, d’ici là, bonne celle ci.

Oups ! On allait oublier le Charlot Festival dominical de l’Enfance de l’Art.

Isabelle Gibbal-Hardy et l'équipe du Grand Action.