Match Point

Woody Allen

Avec Jonathan Rhys-Meyers, Scarlett Johansson, Emily Mortimer
Film américain, britannique.
Genre : Drame
Durée : 2h 3min.
Année de production : 2004


Synopsis

Un jeune professeur de tennis issu d’un milieu modeste se fait embaucher dans un club huppé de Londres. Il sympathise avec un fils de très bonne famille qui l’invite chez lui. Pris sous la protection du père, un riche homme d’affaire, le tennisman se fiance à la fille de la famille : l’ascension sociale est en route. Oui mais, il rencontre aussi une jeune comédienne américaine, alors fiancée du fils, qui l’attire irrésistiblement. Dès lors, c’est le drame qui est en route.

“Il vaut mieux avoir de la chance qu’être doué”. Cette phrase ouvre le film sur la très belle image au ralenti d’une balle de tennis rebondissant sur le filet, sans qu’on sache si elle tombera du bon ou du mauvais côté. Alors qu’on suit l’irrésistible parcours d’un Rastignac moderne, la signification de cette métaphore tennistique viendra bien plus tard, lorsque le héros aura pris une dimension plus dostoïevskienne (comme Crimes et Chatiments que lit notre jeune professeur lorsqu’il vit encore dans une chambre de bonne).
Au delà de ces références littéraires, voir notre cher Woody quitter ses névrosés new-yorkais pour l’upper-class londonienne est fort réjouissant. A 70 ans, il n’a rien perdu de sa sagacité et sait se renouveler en changeant de décors et de discours. Ce film est un petit bijou, parfaitement amoral et cynique, dont la plus étonnante qualité est de nous rendre presque sympathique l’inacceptable.
Evidemment, on pourrait parler de la qualité de l’interprétation - remarquable – mais elle n’est qu’au service de la vision du monde que ce cinéaste surdoué veut nous faire regarder.
Même – et surtout - si vous êtes lassés de Woody Allen, allez-y. C’est brillant. Jeu, set et match.

Bernard-Pierre Molin

Séances