Chères spectatrices, chers spectateurs,
Avec 22 films en 7 jours, sans compter les courts métrages du Festival des Nouveaux Cinémas, l’un des 4 événements de la semaine, nous battons notre précédent record de la variété de la programmation hebdomadaire.
Commençons par notre soirée l’INSERM fait son cinéma jeudi 10 juin à 20h, qui va nous permettre de découvrir un film exceptionnel : Le Premier Cri. Ce documentaire ethnologique et médical raconte le moment magique de la naissance dans le monde. Réalisé par Gilles de Maistre, ce document aussi touchant que passionnant, sera suivi d’un débat sur la procréation et la naissance, animé par Bertrand Pulman, chercheur à l’INSERM (Institut National de la santé et de la Recherche Médicale), et Violaine Kerbrat, sage femme à l'hôpital Antoine Béclère qui a depuis toujours travaillé aux côté de René Frydman, le "père" du 1er bébé éprouvette Amandine. Elle vient également d'écrire un livre "Secrets de sage-femme". L’entrée est libre.
Dimanche à 10h30, le jeune public sera transporté par l’avant première proposée par l’Enfance de l’Art. Un transport en Commun, de Dyana Gaye raconte l’histoire des occupants d’un taxi-brousse de Dakar, moyen de locomotion collectif symbolique de l’Afrique. Dyana a choisi de raconter cette histoire en chanson et en musique, composée par Baptiste Bouquin, pour réaliser un film frais, gai et revigorant. Afin d’entamer la projection dans des conditions optimales, un petit déjeuner sera offert aux petits et grands spectateurs. Un bon moment familial à ne pas rater, pour 5 € par personne.
L’association Ciné Fac crée une passerelle entre le monde universitaire et celui du cinéma. La sixième édition de son annuel Festival des Nouveaux Cinémas se tiendra lundi à 20h et permettra de découvrir quelques curiosités, novatrices et parfois déroutantes, produites avec les moyens du bord et l’énergie de la jeunesse. La soirée sera prolongée par un cocktail avec les jeunes auteurs et l’entrée est libre. Amis curieux et ouverts, cette séance est pour vous.
Notre semaine d’événements se terminera mardi 15 juin à 20h15, avec le Cinéma Club, proposé par les anciens élèves des grandes écoles. Ces têtes bien faites ont opté pour un immense classique fordien dont on se lasse pas : l’Homme qui Tua Liberty Valance. Et, pour débattre de ce chef d’œuvre, ils ont convoqué Monsieur Cinéma de Minuit (sur France 3), Patrick Brion, l’un des plus passionnants historiens du cinéma. On ne le laissera pas filer comme ça, puisque la soirée sera prolongée par un cocktail en notre Grand Bar.

Outre Shutter Island, le dernier opus de Scorsese d’après le roman de Dennis Lehane, et l’Enfance de l’Art qui, dimanche à 14h, nous propose l’excellent Fantastic Mister Fox, film d’animation imaginé par le talent protéiforme de Wes Anderson, le reste de notre programmation est consacré au Cycle d’Or. Nous n’avons retenu pas moins de 17 palmés cannois pour un tour du monde du cinéma. Commençons par l’Italie : Rome, Ville Ouverte, film engagé et néoréaliste de Roberto Rossellini, le sublime Guépard de Visconti, la douce et folle Dolce Vita romaine de Fellini, et le swinging London du Blow Up d’Antonioni, représentent la Botte. Grâce à Scorsese et De Niro en Taxi Driver, nous passons logiquement à l’Amérique, également productrices des délires de l’hôpital militaire subversif de M.A.S.H, de Robert Altman, et de ceux du scénariste Barton Fink, des Coen. Petit détour par la Leçon de Piano australienne de Jane Campion, et par l’Iran qui, vu par Kiarostami, a Le Goût de la Cerise. Revenons en Europe par l’est, avec Emir Kusturica en guide yougoslave Underground, Cristian Mungiu qui, en 4 Mois, 3 Semaines et 2 jours, nous fait découvrir l’ubuesque Roumanie de Ceausescu, et Andrzej Wajda dont l’Homme de Fer raconte la révolution polonaise. Traversons la Manche pour un coup de chapeau à deux lauréats britanniques de la Croisette : Secrets et Mensonges, de Mike Leigh et Le Vent se Lève de Ken Loach. Bouclons notre tour du monde en musique avec deux palmés français : Orfeu Negro, de Marcel Camus et Les Parapluies de Cherbourg, de Jacques Demy. Et terminons le par un film franco-germano-italo-autrichien, où cette Europe unie produit une œuvre qui parle de sa décomposition d’avant la dernière guerre. Vous aurez reconnu le Ruban Blanc, de Michael Haneke.
Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l'équipe du Grand Action